Véritable profession de foi en faveur d’un système qui a fait ses preuves

En refusant aujourd’hui la caisse unique, les électrices et électeurs ont manifesté à une large majorité leur attachement à la liberté de choix et à la qualité élevée de notre système de santé. Les membres de curafutura y voient une source de motivation pour continuer à s’investir afin d’optimiser le système actuel en faveur des assurés et des patients.

Les électeurs suisses ont aujourd’hui donné un signal clair en rejetant à une large majorité, pour la troisième fois d’affilée, la caisse unique étatisée. Satisfaite de ce résultat, curafutura y voit une véritable profession de foi en faveur d’un système de santé qui a fait ses preuves. Il s’agit d’une source de motivation pour poursuivre avec rigueur les réformes engagées. Ainsi, les assureurs-maladie pourront à l’avenir, grâce à une compensation des risques affinée, développer et proposer aux personnes atteintes d’une maladie chronique et aux patients souffrant de polypathologies davantage d’offres d’assurance et de prise en charge.

Dans le même temps, les membres de curafutura sont conscients que ce vote en faveur d'un système de santé organisé de manière concurrentielle est également synonyme d’engagement. Il s’agit de prendre au sérieux les motifs et arguments de celles et ceux qui se sont exprimés en faveur d’une caisse unique, de considérer leur malaise vis-à-vis du système actuel et de poursuivre l’optimisation du système de santé.

«Le succès de ce jour est dû aux atouts reconnus de notre système de santé», affirme le Dr Ignazio Cassis, président de curafutura. «Il est indéniable que le système est perfectible. Notre objectif doit maintenant être de l’améliorer continuellement, pour le bien des patients et des assurés. Les assureurs-maladie y contribueront, en étroite collaboration avec les fournisseurs de prestations, les organisations de patients et de consommateurs ainsi que les partenaires tarifaires. Et ils coopéreront avec les décideurs politiques et officiels à l'échelon national et cantonal.»

Le résultat de la votation populaire d’aujourd’hui répond une nouvelle fois à la question systémique de l’assurance obligatoire des soins. Il reste à espérer que les assureurs-maladie, fournisseurs de prestations, autorités et instances politiques pourront à nouveau se consacrer à leur activité principale, à savoir modeler notre système de santé de manière à ce qu’il soit juste, transparent, accessible à tous et abordable.

imprimer pdf
06.11.2019

twittercurafutura

Die Tardoc-Gutachten von:

- Prof. Urs Saxer: ✅

- Prof. Bernhard Rütsche: ✅

- ...und jetzt Prof. Tomas Poledna in de… https://t.co/dVBYtHiUuI

Véritable profession de foi en faveur d’un système qui a fait ses preuves

En refusant aujourd’hui la caisse unique, les électrices et électeurs ont manifesté à une large majorité leur attachement à la liberté de choix et à la qualité élevée de notre système de santé. Les membres de curafutura y voient une source de motivation pour continuer à s’investir afin d’optimiser le système actuel en faveur des assurés et des patients.

Les électeurs suisses ont aujourd’hui donné un signal clair en rejetant à une large majorité, pour la troisième fois d’affilée, la caisse unique étatisée. Satisfaite de ce résultat, curafutura y voit une véritable profession de foi en faveur d’un système de santé qui a fait ses preuves. Il s’agit d’une source de motivation pour poursuivre avec rigueur les réformes engagées. Ainsi, les assureurs-maladie pourront à l’avenir, grâce à une compensation des risques affinée, développer et proposer aux personnes atteintes d’une maladie chronique et aux patients souffrant de polypathologies davantage d’offres d’assurance et de prise en charge.

Dans le même temps, les membres de curafutura sont conscients que ce vote en faveur d'un système de santé organisé de manière concurrentielle est également synonyme d’engagement. Il s’agit de prendre au sérieux les motifs et arguments de celles et ceux qui se sont exprimés en faveur d’une caisse unique, de considérer leur malaise vis-à-vis du système actuel et de poursuivre l’optimisation du système de santé.

«Le succès de ce jour est dû aux atouts reconnus de notre système de santé», affirme le Dr Ignazio Cassis, président de curafutura. «Il est indéniable que le système est perfectible. Notre objectif doit maintenant être de l’améliorer continuellement, pour le bien des patients et des assurés. Les assureurs-maladie y contribueront, en étroite collaboration avec les fournisseurs de prestations, les organisations de patients et de consommateurs ainsi que les partenaires tarifaires. Et ils coopéreront avec les décideurs politiques et officiels à l'échelon national et cantonal.»

Le résultat de la votation populaire d’aujourd’hui répond une nouvelle fois à la question systémique de l’assurance obligatoire des soins. Il reste à espérer que les assureurs-maladie, fournisseurs de prestations, autorités et instances politiques pourront à nouveau se consacrer à leur activité principale, à savoir modeler notre système de santé de manière à ce qu’il soit juste, transparent, accessible à tous et abordable.

imprimer pdf
Point de mire

L’avis de curafutura sur le premier volet de mesures du Conseil fédéral

Le premier volet de mesures visant à maîtriser la hausse des coûts a été examiné en détail par des groupes de travail de curafutura. Ceux-ci ont considéré en priorité leur utilité à long terme et la rapidité de leur effet sur les primes des assurés.

>